Agriculture africaine et PDDAA : recommandations politiques des acteurs non étatiques

"De la Rhétorique à l'Action" - la société civile africaine demande aux gouvernements africains de prioriser les petits producteurs agricoles - réunion des Ministres africains de l'Agriculture à Addis Abeba

Téléchargez la Déclaration conjointe des Acteurs Non Etatiques présentée aux Ministres africains de l'Agriculture le 1er Mai 2014.
Téléchargez le Communiqué final des Acteurs Non Etatiques dans le cadre de la de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l'Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l'agriculture, faisant partie des discussions de la Conférence conjointe des Ministres Africains de l'Agriculture, du Développement Rural, de la Pêche et de l'Aquaculture.

2014 est une année cruciale pour le futur de l'agriculture en Afrique. Cette année marque le 10ème anniversaire du Programme Détaillé de Développement de l'Agriculture Africaine (PDDAA), un accord et programme de développement panafricain visant à donner une nouvelle vitalité à la productivité agricole, réduire la pauvreté, et assurer une durabilité environnementale. 2014 est aussi l'Année de l'Agriculture et de la Sécurité Alimentaire de l'Union africaine (UA), et l'Année Internationale de l'Agriculture Familiale des Nations Unies.

Au Sommet de l'UA en juin, les décideurs africains adopteront une nouvelle déclaration sur l'agriculture africaine, exposant les grandes lignes de leurs nouveaux engagements, objectifs et cibles pour la décennie à venir du PDDAA.

ACORD, membre actif du groupe de travail des acteurs non étatiques (ANE) sur le PDDAA, a fourni un travail considérable pour tenter d'influencer ce processus afin de s'assurer que les besoins des petits producteurs agricoles d'Afrique soit reflétés dans ces décisions, en particulier les besoins spécifiques des femmes, et que les gouvernements prennent les actions nécessaires pour réaliser les objectifs qu'ils se sont fixés pour transformer l'agriculture sur le continent. Un élément clé de ce travail a été de coordonner une déclaration majeure au nom des acteurs de la société civile, présentant 10 politiques et approches essentielles pour permettre aux décideurs africains de passer de « la rhétorique à l'action ». Ces recommandations sont les suivantes :

1. Augmenter la quantité des dépenses en matière d'agriculture
2. Améliorer la qualité des dépenses en matière d'agriculture
3. Améliorer les processus de décisions politiques du PDDAA pour qu'ils soient plus efficaces, mutuellement responsables, et participatifs
4. Améliorer la transparence des dépenses en agriculture
5. Eliminer les disparités entre les sexes et promouvoir les jeunes dans le secteur agricole
6. Renforcer les droits fonciers des producteurs familiaux avec des ressources soutenues pour la gouvernance foncière et l'adoption/mise en œuvre du «Cadre et Lignes directrices sur la politique foncière en Afrique»
7. Augmenter les investissements dans la recherche agricole inclusive, les services de vulgarisation et de conseil
8. Favoriser l'accès aux marchés pour les producteurs familiaux, les investissements dans l'agriculture familiale et des investissements responsables du secteur privé
9. Intégrer la durabilité et la résilience climatique dans les plans agricoles
10. Mettre en place mécanismes de prévention et gestion des crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes

Vous trouverez l'ensemble de ces recommandations de manière détaillée ici. Plus de 120 organisations non gouvernementales, organisations paysannes et réseaux de la société civile africains ont signé cette déclaration commune.
Dans le but de se mettre d'accord sur la Déclaration du Sommet, l'UA et le Nouveau Partenariat Economique pour le Développement Africain (NEPAD) organisent une Conférence concertée des Ministres de l'Agriculture, du Développement Rural, de la Pêche et de l'Aquaculture, à Addis Abeba, du 28 avril au 2 mai 2014. Les acteurs non étatiques et leurs alliés de la société civile, dont les organisations de paysans, organiseront une réunion de haut niveau avec les gouvernements, les bailleurs, les institutions régionales et continentales, et d'autres parties prenantes, auprès desquels la Déclaration commune sera présentée. Cette même Déclaration des ANE sera également présentée aux Ministres le 1er Mai.

Durant le Sommet de l'UA en janvier, ACORD a mis en avant des recommandations politiques claires visant à améliorer la mise en œuvre du PDDAA. Elles sont énoncées en détail dans le rapport « Misons sur l`agriculture familiale », rapport publié par ACORD qui analyse les Plans Nationaux d'Investissement Agricole (PNIA) de 5 pays africains (Ethiopie, Tanzanie, Rwanda, Burundi et Burkina Faso), et étudie dans quelle mesure ils peuvent réellement bénéficier aux petits agriculteurs et agricultrices. Les PNIA constituent les stratégies phare des gouvernements, précisant comment ils entendent soutenir le secteur agricole dans les prochaines années, en y énonçant des plans de dépenses ambitieux.

  • agriculture
  • femmes